C’est ce que prévoit le projet de la loi de finances 2023 (PLF). Les deux ministères de la Transition écologique et de la Transition énergétique pourraient se voir dotés de ce budget inédit, en hausse de 15%. La volonté du gouvernement de booster les différents volets de la transition écologique et énergétique est donc bien affirmée. Voilà qui devrait ramener sur le devant de la scène Christophe Béchu, beaucoup trop discret pour certains, depuis qu’il est au gouvernement. L’ancien maire d’Angers, ville parmi les plus vertes de France, aura donc la lourde tâche de veiller à la judicieuse utilisation de cette enveloppe globale qui se décomposera ainsi : 20,5 milliards d’€ pour le logement, 3,6 milliards d’€ d’appui aux politiques publiques, 1,5 milliard d’€ pour le fonds vert, 5,2 milliards d’€ d’appui aux territoires, 3,6 milliards d’€ pour l’eau, la biodiversité et la prévention des risques ; 15,5 milliards d’€ pour l’énergie et 9,7 milliards d’€ aux mobilités. Dans le détail, le gouvernement s’engage en faveur d’une énergie moins carbonée en accélérant le développement des énergies renouvelables et la relance du nucléaire avec un total de 1,2 milliard d’euros consacré à ce dernier domaine. Quant aux agences de l’eau, afin de mieux répartir les usages et mieux anticiper et gérer les crises notamment dues à la sécheresse, elles disposeront de la totalité des redevances, soit 2,2 milliards d’€.