Considérée, depuis 2005, comme « espèce préoccupante », l’ours polaire vient de rejoindre la liste des espèces en péril pour 10 années supplémentaires Cette décision a été prise au terme de la Conférence des autorités de gestion des Territoires du Nord-Ouest qui avaient trouvé un accord sur la question, et l’ont présenté au ministre Shane Thompson. La fonte des glaces a considérablement accéléré le processus de diversification, et l’ours polaire n’ayant plus accès à ses ressources alimentaires habituelles, principalement les phoques, doit désormais trouver pitance sur les terres. Dans ces conditions, une espèce préoccupante peut devenir très rapidement une espèce menacée ou une espèce en voie de disparition, par l’effet cumulatif de caractéristiques biologiques et des menaces qui planent sur elle. Le Plan de gestion conjoint de l’ours polaire dans la région désignée des Inuvialuits et le calendrier de mise en œuvre des mesures, continueront à fournir les buts et les objectifs de gestion pour l’espèce jusqu’en 2032…