Lundi dernier, trois animaux ont été réintroduits en forêt, près de Canterbury, dans le Kent. Ce sont les premiers bisons sauvages, « en liberté » au Royaume-Uni depuis des millénaires, disent les promoteurs de ce projet à 1,3 million d’€, oubliant de préciser que cette « liberté » est très surveillée puisqu'elle ne couvre… qu’une zone clôturée de 5 hectares, qui toutefois devrait passer à 50 hectares lorsque le mâle arrivera le mois prochain. À terme, le troupeau aura accès à 200 hectares pour gambader… Mais les Britanniques attendent d’eux un petit service : régénérer une ancienne forêt en mangeant l’écorce des arbres, a rapporté la presse locale. Là encore, ces bons verdâtres anglais ont oublié que le bison est un herbivore, et qu’il ne consommera l’écorce des arbres qu'en l’absence de toute autre nourriture, ce qui au pays du gazon, n’est sans doute pas pour demain. Les troncs serviront éventuellement de frottoirs, ce qui exalte Evan Bowen-Jones, PDG du Kent Wildlife Trust qui a déclaré : « Les animaux auront pour mission de manger l’écorce des pins, tuant certains arbres, et de se frotter contre, au printemps, quand ils cherchent à se débarrasser de leur épaisse fourrure d’hiver. Des comportements qui doivent permettre à de nouvelles plantes, insectes, lézards, oiseaux et chauves-souris de prospérer… La restauration des écosystèmes naturels est un outil essentiel et peu coûteux pour lutter contre la crise climatique… ». Puisque les Anglais semblent en être convaincus... Plaudite, cives !