Un comité de scientifiques de l’UICN s’est penché sur la situation des arbres dans le monde, et le moins que l’on puisse dire est qu’ils se montrent bien pessimistes. Mais, comme c’est dans l’air du temps et du réchauffement climatique, les hypothèses d’avenir se suivent, sans toutefois aucune certitude… « L'année dernière, nous avons publié le rapport sur l'état des arbres dans le monde, dans lequel nous avons montré qu'au moins 17 500 espèces d'arbres, soit environ un tiers des 60 000 espèces d'arbres du monde, sont menacées d'extinction. Maintenant, nous voulons souligner pourquoi il faut s'inquiéter que tant d'espèces d'arbres disparaissent », a déclaré Malin Rivers, rapporteur de l'étude. Il ajoute : « Si nous n'agissons pas maintenant, cela aura un impact sur l'humanité, nos économies. Écologiquement, cela aura aussi un impact catastrophique sur la planète… Nous montrons que les forêts diversifiées stockent plus de carbone que les monocultures, mais fournissent aussi un habitat aux animaux, assurent la stabilisation des sols, la résistance aux maladies, la résistance aux tempêtes et aux intempéries. En perdant la diversité des arbres, nous perdrons également la diversité de tous les organismes : oiseaux, animaux, champignons, micro-organismes, insectes… ». Dommage que l’UICN n’aborde jamais la véritable cause du déclin généralisé de tout ce qui nous entoure : la démographie humaine qui entraine la surexploitation des ressources naturelles de la planète. Mais… chut ! il ne faut pas en parler pour ne pas fâcher ceux qui abondent en fonds les ONG.