Présenté en Conseil National de la Chasse et de la Faune Sauvage, l’OFB vient de rendre public le bilan des accidents et incidents de chasse de la saison 2022/2023 : 

- accidents mortels : 6 décès constatés (chiffre historiquement le plus bas relevé) contre 8 la saison précédente. Les 6 victimes étaient toutes des chasseurs.

- accidents corporels : 78 constatés contre 90 pour la saison précédente. (L’accident est défini par toute blessure corporelle survenue par arme à feu dans le cadre d’une action de chasse).

- incidents : 84 contre 104 la saison dernière. (Un incident est défini par une situation relevée susceptible d’avoir mis en danger les personnes ou les biens). Les incidents les plus fréquemment relevés concernent les tirs en direction d’habitations, de véhicules ou d’animaux domestiques. Ils révèlent quasi systématiquement un manquement aux règles essentielles de sécurité à la chasse.

Ces chiffres s’inscrivent, précise l’OFB, dans la tendance des vingt dernières années, qui se caractérisent par une baisse de 80 % des accidents mortels et de 62 % des accidents. Dans le même temps, il est à noter une augmentation très forte des prélèvements de grand gibier (avec plus de 1 500 000 animaux prélevés, dont 800 000 sangliers, soit une augmentation de plus de 50 % en 20 ans), qui constituent le mode de chasse le plus accidentogène. Les efforts réalisés depuis deux décennies par les chasseurs (évolution des pratiques, vigilance accrue), par les fédérations (formations, sensibilisations, contrôles), par leurs partenaires (dialogue autour des enjeux de sécurité), par l’Etat et l’OFB (examen du permis de chasser, contrôle, supports de communication, évolutions législatives et réglementaires récentes, plan sécurité à la chasse en cours de déploiement) semblent avoir un effet durable sur l’accidentologie à la chasse. Ces efforts méritent d’être poursuivis, dans l’objectif de se rapprocher toujours plus du zéro accident de chasse. Il est toutefois nécessaire de rester prudent dans la mesure où, avec cette baisse, les effets des efforts sont susceptibles de se traduire de moins en moins directement dans les chiffres.