Pas d’hypocrisie devant cette décision du Conseil d’Etat que tous attendaient et... redoutaient. Signés début octobre, les arrêtés du ministère de la Transition écologique autorisant la chasse de l’alouette des champs, à la matole et aux pantes, dans quatre départements du sud-ouest, viennent, en référé, d’être suspendus par le juge. Ire de la FNC, qui dans son communiqué, fustige cette décision : « … Extrêmement critiquable, cette ordonnance met une fois de plus en lumière l’incapacité du Conseil d’Etat à se défaire des mensonges d’une écologie de salon, et à s’attaquer aux vraies causes du déclin de la biodiversité. Rappelons qu’en 2021, à la suite de la suspension de la plupart des chasses traditionnelles, la FNC, les Fédérations départementales des chasseurs concernées et le ministère de la Transition écologique ont entrepris un important travail de mise en conformité de ces chasses, aux récentes décisions de la Cour de justice de l’Union européenne et du Conseil d’Etat lui-même. Immédiatement saisi en référé par la LPO et One Voice, le Conseil d’Etat a tenu, le 20 octobre, une audience au cours de laquelle les représentants de la chasse française et du ministère ont apporté la contradiction aux habituels poncifs d’Allain Bougrain-Dubourg et de la présidente de One Voice. Adoptant sans retenue les affirmations idéologiques non démontrées des associations anti-chasse, ce juge unique a balayé les études sérieuses et récentes qui démontrent pourtant la sélectivité de ces chasses et l’absence de toute atteinte à la conservation de l’espèce… Cette décision qui met fin à la saison des chasses traditionnelles à l’alouette des champs sera rediscutée sur le fond dans les mois à venir… ».