Cinq organisations syndicales de l'ONF ont déposé un recours en justice demandant l'annulation du contrat liant l'ONF et l'État. Ce contrat, signé le 22 avril dernier, prévoit la suppression de 500 postes et le retour à l'équilibre financier d’ici fin 2025. En filigrane, les syndicats y voient le démantèlement de l’Office alors que : « … le dérèglement climatique et le dépérissement des forêts vont nécessiter de plus en plus de travail… Pourquoi réduire encore les moyens du service public ? » demandent-ils, ajoutant : « En 20 ans, nous avons perdu près de 5 000 postes, passant de 12 866 en l’an 2000, à 7 963 en 2020 ». Dans la tourmente depuis des années, la crise est toujours omniprésente avec le rapide départ du directeur général, Bertrand Munch, dont le gouvernement a mis fin aux fonctions le 31 mars. Un nom a été avancé pour lui succéder, celui de Jean d’Haussonville, actuellement à la tête du domaine de Chambord, dont la candidature aurait retenu l'attention du Président de la République, mais la décision n’a pas encore été prise. En attendant, et depuis le 1er avril dernier, c’est Olivier Rousset, directeur adjoint de l’Office, qui assure l’intérim.