Le GIEC (Groupe d'experts intergouvernemental sur l'évolution du climat), explique, dans un document soumis à 195 pays, que deux régions du globe sont déjà devenues trop chaudes pour être habitables. Ce document servira de base aux prises de décisions en matière de lutte contre le changement climatique. Les deux régions les plus impactées actuellement sont Jacobabad au Pakistan, et Ras Al Khaimah, dans le golfe Persique, où les fortes chaleurs, associées à une importante humidité de l'air, rendent la vie presque impossible pour l'Homme. Quand l'air est sec, l’organisme est capable de résister à des chaleurs extrêmes, 60 degrés, voir plus si ça ne dure pas trop longtemps, car au contact de l’air sec, la sueur s'évapore. Et c'est cette évaporation qui rafraîchit. Mais quand l’air est saturé en humidité, l’évaporation cesse, mettant ainsi le corps en surchauffe. L'Asie du sud et du sud-est, le golfe Persique, le golfe du Mexique, et des parties du continent africain, sont les zones les plus exposées précise le rapport de l'ONU.