Mercredi dernier, après l’échec du 8 juin, les eurodéputés ont finalement voté en faveur de trois textes clés du Pacte vert européen : la réforme du marché carbone, le mécanisme d’ajustement carbone aux frontières, et le Fonds social pour le climat. Avec 439 voix pour, 157 contre et 32 abstentions, le texte clé du « Pacte vert » a été adopté, ce qui doit mettre fin aux « droits à polluer » alloués à certaines entreprises de l’UE. Les eurodéputés souhaitent également que ces quotas gratuits soient éliminés à partir de 2027, et qu’ils disparaissent totalement d’ici à 2032. Deux autres textes dépendent de ce compromis sur une réforme du système d’échange de quotas d’émissions de gaz à effet de serre. Ainsi, le Parlement européen a également voté pour la création d’un Fonds social pour le climat permettant d’aider les consommateurs européens à faire face au coût de la transition écologique. Enfin, ils ont aussi adopté le mécanisme d’ajustement carbone aux frontières (ou taxe carbone) qui doit permettre à l’Union d’imposer un prix du carbone aux entreprises étrangères. Ces votes ouvrent la voie aux négociations avec les Etats membres, qui doivent encore trouver un compromis au sein du Conseil, aujourd’hui même à Luxembourg.