La FACE a organisé, le 5 septembre dernier, en collaboration avec la Fédération pour la chasse et la conservation de Malte (FKNK), un événement sur « La contribution des chasseurs et des trappeurs à la recherche scientifique citoyenne en Europe ». Présidée par le député européen maltais Alex Agius Saliba, on y a discuté de la pertinence culturelle et du patrimoine du piégeage d'oiseaux à Malte, qui est une activité se déroulant à petite échelle, avec capture vivante (pas de mise à mort) d'espèces les moins préoccupantes, garantissant ainsi l'absence d'impact sur les populations d'oiseaux. Ce mode de capture a mis en lumière la contribution des chasseurs aux connaissances, à travers des pratiques scientifiques communautaires telles que le baguage et le marquage, ainsi que la contribution que le piégeage peut apporter. Directeur adjoint de la conservation à la British Association for Shooting & Conservation (BASC), le Dr Matt Ellis a présenté le « Projet Penelope », visant à améliorer les connaissances sur le canard siffleur d'Eurasie, afin de soutenir les futures actions de conservation et d'assurer la durabilité de la chasse. Quant à Cy Griffin, chargé de la conservation des espèces à la FACE, il déclarait : « Les chasseurs contribuent à la surveillance de la biodiversité à travers l'Europe. Ce sont les mieux placés pour comprendre l'écologie des espèces, chassables et non-chassables ». Enfin, pour conclure ces travaux, Alex Agius ajoutait : « Les programmes de capture-marquage-recapture constituent une activité fondamentale dans la science de l'écologie des oiseaux. Le baguage scientifique est l’une des méthodes les plus efficaces pour étudier la biologie, l’écologie, le comportement, les déplacements, la productivité reproductive et la démographie des populations ailées… Le dialogue, la compréhension et la collaboration entre diverses perspectives sont nécessaires tout en favorisant l’échange de connaissances ».