Reportée par deux fois depuis octobre 2020, la 15e Conférence des parties (COP 15) à la Convention sur la diversité biologique, se tiendra du 5 au 11 décembre 2022 à Montréal. Le gouvernement français attend cette rencontre internationale, qui doit fixer le nouveau cadre mondial pour la biodiversité jusqu'à 2030, pour finaliser sa propre stratégie nationale. La précédente secrétaire d’Etat à la biodiversité, Bérangère Abba, en avait dévoilé un premier volet et ses cinq axes : la protection des écosystèmes, l'utilisation durable et équitable des ressources naturelles, la sensibilisation et la formation de la société, la gouvernance et les financements. Les ONG écolos regrettent surtout que les compétences relatives à la mer et à l'énergie soient sorties du giron du ministère de la Transition écologique, et que soient délaissées la responsabilité déterminante des pratiques agricoles et extractives intensives, la surexploitation des ressources naturelles, le rôle des biocides, les liens entre biodiversité et santé, la renaturation, ou encore la prise en compte de la nature ordinaire dans les études d'impact. Patience, décembre livrera bien assez tôt son lot de surprises…