Il est fort regrettable que les associations écologiques soient à l'initiative de la protection d'espèces chassables menacées. Nous passons pour des « tontons flingueurs » et des « irresponsables » alors que nous avions fait nous-mêmes la démarche, vu la dégringolade des effectifs. Nous aurions au moins gagné pour notre image envers le public et nous aurions pu, plus facilement, faire intégrer une motion de « réexamen » dans l'hypothèse d'une remontée des effectifs. Aujourd'hui, il est illusoire de penser que ce type d'interdiction n'est pas définitif, car les décideurs sont, et seront naturellement influencés par ceux qui sont à l'initiative : les écolos. Je ne suis pas aveugle et je sais très bien que pour la tourterelle des bois, interdire la chasse en France c'est « pisser dans un violon », car les gros prélèvements se font en Afrique, par milliers d’oiseaux entassés dans les 4x4. L'avenir de l'espèce est donc lié à de multiples facteurs, dont la protection sur l'ensemble des pays concernés. Cependant, il est juste de prendre l'initiative sur notre territoire aujourd'hui, afin d'inciter d'autres pays à le faire. Soyons responsables, donnons l'exemple, prenons de telles initiatives pour le bien d'espèces en difficulté. Nous devons d'être protecteurs quand c'est nécessaire, les générations à venir nous en remercieront… et les décideurs seront plus enclins à nous écouter pour tous les sujets qui nous touchent.

Jean-Paul Cappy