En Asie, après les deux collisions enregistrées le même jour entre des avions et des oiseaux, la DGAC a demandé aux aéroports de revoir leur plan de gestion de la faune sauvage, afin d’y rechercher d’éventuelles lacunes et de veiller à la stricte application des stratégies en la matière. La DGAC a également demandé l’inspection fréquente des pistes pour détecter les activités des oiseaux et l’élimination régulière des déchets, susceptibles de les attirer. Un appareil de la compagnie SpiceJet, à destination de Delhi avec 185 passagers à bord, a pris feu peu après son décollage de l’aéroport de Patna et a dû atterrir d’urgence quelques minutes plus tard en raison d’un impact d’oiseau. Dans un autre incident, le commandant de bord d’un Airbus A320neo VT-ITB exploité par IndiGo, qui effectuait le vol 6E-6394 entre Guwahati et Delhi, a décidé de retourner à Guwahati sur un seul moteur, après avoir heurté des oiseaux alors que l’avion se trouvait à une altitude de 1 600 pieds. Tous les aéroports du monde sont menacés, d’une part par la mobilité de la faune ailée, surtout en période de migration, de menaces météorologiques et par la protection imposée sur certaines espèces.