Pour la protection des vignes, on se heurte chaque année à une incohérence. Les dégâts apparaissent tôt, dès les premiers grains à peine murs, alors que les vignes sont en réserve jusqu'aux vendanges, globalement 1 mois plus tard... Donc, à par les lieutenants de louveterie qui sont les seuls à pouvoir donner une bonne leçon aux suidés, on se retrouve bêtement à constater les forfaits des bêtes noires, ou à faire du bruit avec les touristes aux alentours. Il faut espérer que les dit touristes seront en forme et disposés à faire la fête toute la nuit, car les « cochons » sont patients et profiteront de la moindre trêve nocturne pour y aller coûte que coûte. Quand il s'agit de leur gamelle, les sangliers sont d'une grande opiniâtreté...

Olivier Descharmes