« C’est une véritable invasion ! » se plaignent les habitants… qui pourtant sont les premiers responsables. A force de croire que la nature est belle et gentille, et que les animaux sauvages peuvent vivre en paix aux côtés des humains, on arrive à des dérapages tel que celui qui se passe à Kinlochleven, en Ecosse, où les habitants ne savent plus comment gérer l’installation d’une harde de cervidés dans le village. Une bonne vingtaine d’animaux ont élu domicile dans la bourgade. Leur arrivée remonte à quatre ans, accueillis favorablement par la population qui, pour se distraire, offrait une nourriture facile aux cervidés. Au fil des jours, ils s’y sont habitués, et aujourd’hui, quand on ne leur donne rien… Ils réclament ! La cohabitation est devenue insupportable, les animaux ne faisant pas toujours preuve de délicatesse. Cerfs et biches déambulent dans les rues du village et ne manifestent plus la moindre peur vis à vis des habitants et des animaux domestiques, au point que… quelques manœuvres d’intimidation ont donné des sueurs froides à des riverains. L’une a d’ailleurs déclenché une riposte d’un cerf qui aurait pu avoir de graves conséquences. Le « vivre ensemble » n’est donc qu’une utopie, et enclencher la marche arrière va forcément se faire dans la douleur…