Lundi dernier, la justice américaine a rendu un jugement inédit. Elle a déclaré coupable l’état du Montana, cité par seize jeunes qui l’accusaient de violer leur droit à vivre dans un environnement propre et sain. Les plaignants ont eu gain de cause, une décision locale qui s’inscrit dans la judiciarisation croissante de la protection de l'environnement, prémices probables de l'élaboration d'une justice climatique internationale. C’est la première fois que la Constitution d’un Etat américain était invoquée dans une affaire de protection de l’environnement, ce qui apparaît désormais comme le premier grand procès climatique des Etats-Unis. Les 16 plaignants, âgés de 5 à 22 ans, soutenus par l'ONG « Our children's trust », ne demandaient pas d’argent, mais simplement d’obtenir, de la part du juge, de casser une loi du Montana qui interdit à l'administration locale de prendre en compte les émissions de gaz à effet de serre et leur impact sur le climat, pour attribuer des permis à des entreprises d'énergies fossiles. L’application de cette loi est donc suspendue, en attendant le résultat de l’appel annoncé immédiatement après le verdict, par les autorités du Montana.