Afin de tenter de freiner la propagation du virus de la grippe aviaire dans les élevages d'animaux à fourrure, l’Agence alimentaire finlandaise a ordonné l'abattage de tous les visons des élevages où des cas ont été détectés. Cela nous ramène trois ans en arrière, quand en 2020, le Danemark éliminait plus de 17 millions de visons d’élevage, à la suite de la découverte d’une mutation dangereuse et transmissible à l’Homme de SARS-CoV-2. Nous étions alors en pleine crise de la Covid-19. Cette similitude inquiète les scientifiques qui ont acquis la certitude que : « toutes les espèces de carnivores sont porteuses d'un ou de plusieurs agents zoonotiques uniques, ce qui, chez ceux qui ont un système immunitaire défectueux, en font des réservoirs parfaits pour toutes sortes d’agents pathogènes… ». Arguments repris cette fois pour la grippe aviaire que les autorités finlandaises expliquent ainsi : « Les visons sont particulièrement sensibles aux virus de la grippe aviaire et humaine en raison des caractéristiques de leurs voies respiratoires. Ils pourraient devenir un hôte intermédiaire efficace pour la grippe aviaire et permettre au virus de muter en une forme qui pourrait infecter les humains… ». Selon le média public finlandais « Ylen », environ 70 000 animaux devraient être abattus, issus des 20 élevages d'animaux à fourrure touchés dans le pays à fin juillet 2023.