D’après les spécialistes, il y a encore une toute petite chance de sauver et restaurer le grand tétras dans les Vosges. Il n’en resterait à ce jour qu’une dizaine, isolés, considérés comme une petite population consanguine non viable. Bien que présent depuis 10 000 ans dans le massif vosgien, on dénombrait encore 2 200 individus en 1939. Mais soumis à la destruction de l’environnement, les effectifs ont dramatiquement chuté. Autant dire que si rien n’est entrepris en urgence, l’espèce, protégée au niveau européen, est vouée à la disparition. C’est ce qui a conduit l’État français, dans le cadre du plan national d’actions en faveur du grand tétras, à étudier un renforcement rapide de la population. « Le projet est en cours d’étude et bien avancé avec un positionnement assez unanime des différents acteurs », a déclaré Laurent Seguin, président du Parc naturel régional des Ballons des Vosges (PNRBV), maître d’ouvrage d’une opération co-portée par l’État. Quarante coqs et poules seront capturés en Suède et viendront renforcer, au printemps 2023, la population indigène de l’emblématique grand tétras. Une excellente nouvelle pour tous les passionnés de ce bel oiseau.