Ce sont les Suisses qui tirent la sonnette d’alarme. Ils prévoient que, dans 5 ans, les effectifs du prédateur vont littéralement exploser. La raison est simple, avec un taux d’accroissement de l’ordre de 20%, le résultat est exponentiel. Quand vous avez 100 loups, le cheptel s’enrichit de 20 individus par an, mais quand vous en avez 2 000, ce sont 400 nouveaux sujets qui peuplent et colonisent le territoire. Il n’est plus un jour sans que des attaques soient signalées. Ovins, bovins, poneys, et grande faune sauvage sont victimes des prédateurs de plus en plus audacieux. En 2021, on comptait déjà plus de 250 meutes de loups dans l'espace alpin, écrit le « Groupe Loup Suisse ». « Avec la nouvelle génération de cette année, on va passer la barre des 300 meutes, et dans cinq ans, ce sont mathématiquement quelques 800 meutes qui essaieront de survivre sur l’arc alpin, avec les dégâts collatéraux qui vont avec…