En septembre 2021, le corps de la louve retrouvée pendue à la mairie de Saint-Bonnet-en-Champsaur avait agité le landerneau local. Bien évidemment une enquête était ouverte pour tenter d’identifier les auteurs de ce fait divers, sans succès, jusqu’à ce rebondissement que l’on vient d’apprendre : de l’ADN a été retrouvé sur la corde qui suspendait le cadavre de l’animal ainsi que sur un autre support. « L’enquête vient de faire une réelle avancée avec cette découverte… » a précisé le procureur de la République de Gap, Florent Crouhy, qui a ajouté : « cet ADN est en cours d’exploitation et de comparaison ». Pour mémoire, cette louve, tuée par balle, avait été retrouvée pendue au fronton de la mairie de Saint-Bonnet-en-Champsaur avec cette inscription : « Réveillez-vous, il est déjà trop tard ». Pour les syndicats agricoles qui avaient refusé de condamner cette action militante, « C'est le résultat de la non-prise en compte, par les pouvoirs publics, des conditions de travail et des problèmes auxquels les éleveurs doivent faire face ».