Pour y établir un port maritime et un aéroport militaire, le gouvernement indien vient d’approuver l’un des plus grands abattages d’arbres de son histoire. Un peu plus de treize mille hectares de forêt tropicale primaire devraient disparaître dans l’archipel des Andamans, à l’est des côtes indiennes. Sur l’ile du Grand Nicobar, proche de l’ile indonésienne de Sumatra, l’Inde veut y installer un port maritime et une base aérienne militaire, poste avancé de choix pour la marine indienne, qui s’inquiète des incursions chinoises dans la région. L’armée vient donc d’obtenir l’autorisation du ministère de l’Environnement pour y construire ces infrastructures et une zone de résidence pour le personnel qui y sera attaché. Mais cela ne pourra se faire qu’au prix d’une déforestation massive d’une des forêts primaires les plus riches du monde. Globalement, près d’un million d’arbres seront coupés, ce qui aura également un impact négatif sur de nombreuses espèces animales. Quatre espèces de tortues répertoriées dans le monde viennent pondre sur les plages de l’ile du Grand Nicobar, dont la tortue luth, la plus grande tortue marine du monde, qui nage jusqu’à Madagascar et l’Australie.