L’IPBES (Plateforme intergouvernementale scientifique et politique sur la biodiversité et les services écosystémiques) et le GIEC (Groupe d'experts intergouvernemental sur l'évolution du climat) ont reçu conjointement le prix « Gulbenkian pour l'humanité 2022 ». La nouvelle a été annoncée par Angela Merkel, l'ancienne chancelière allemande, en sa qualité de présidente du jury. Pour les deux récipiendaires, sélectionnés parmi 116 nominations provenant de plus de 40 pays, le jury a souligné à quel point ils ont mis « le rôle de la science en première ligne dans la lutte contre le changement climatique et la perte de biodiversité, ce qui a permis de faire avancer de nombreuses actions politiques et publiques… ». Lors de la remise de ce prix, la secrétaire exécutive de l'IPBES, Anne Larigauderie, a déclaré : « La décision d'attribuer le prix Gulbenkian pour l'humanité 2022 à l'IPBES et au GIEC est une déclaration puissante, confirmant que la perte mondiale d'espèces, la destruction des écosystèmes et la dégradation de la nature forment une crise d’une ampleur similaire à celle du changement climatique, mais qui doit être traitée avec une urgence au moins similaire… ». Le prix comprend une récompense de 1 million d'euros pour faire avancer le travail des lauréats sélectionnés. La fondation portugaise « Calouste Gulbenkian » a été créée en 1956 pour promouvoir le savoir et améliorer la qualité de vie des personnes à travers les arts, la bienfaisance, la science et l’éducation. Créée par la volonté testamentaire de Calouste Sarkis Gulbenkian, la Fondation a un caractère perpétuel et développe ses activités depuis son siège à Lisbonne et ses délégations à Paris et à Londres.