De J-C.M. :

Et si on laissait faire la nature... Les essences locales plus résistantes à la chaleur et au manque d'eau se tailleront la part du lion tout simplement.

Pas besoin d'immigration végétale avec son cortège de parasites et de maladies inconnues !