Suite à l’intervention de la Commission européenne, l'Agence européenne des produits chimiques (ECHA) a (ré)ouvert une consultation publique ciblée de trois mois. Cela fait suite à l'incapacité de l'Autorité européenne de sécurité des aliments (EFSA) à fournir en temps opportun des informations sur les risques liés à la consommation de viande de gibier. En février 2021, la FACE avait demandé ces données, ce qui aurait dû prendre une quinzaine de jours. Mais elles ne sont arrivées qu’en septembre… après la clôture de la consultation publique lancée par l’ECHA. Le médiateur, saisi par la FACE, a donc constaté un cas de « mauvaise administration et de vice de procédure ». En conséquence, la FACE a demandé la réouverture de la consultation publique. L'ECHA a d’abord refusé la demande de la FACE, mais la Commission européenne est intervenue, convenant que l'équité était requise et que la consultation devait être relancée. Elle l’est donc jusqu’au 6 octobre 2022. Le président de la FACE, Torbjörn Larsson, a déclaré : « Rien de tout cela n'était nécessaire si le fair-play était assuré dès le départ et ce n'est pas la première fois que le Médiateur intervient sur l'approche de l'UE en matière de restriction du plomb dans les munitions. Nous espérons que les décideurs politiques de l'UE seront plus prudents sur ce dossier critique qui affectera directement près de 10 millions de citoyens européens ».