Le ministre de l’environnement du Népal, Birendra Mahato, a soulevé la question après avoir reçu des offres de chasseurs américains et japonais, prêts à payer très, très cher, une chasse au tigre. Au Népal, la protection de Panthera tigris est un succès tel que sa population a triplé au cours des 12 dernières années, passant de 121 en 2010 à 355 aujourd’hui, et qu’il faut maintenant envisager sa régulation. Les anti-chasse sont évidemment contre, mais le ministre persiste avec cette déclaration : « Nous pouvons lancer un appel d'offres mondial et autoriser les plus offrants à chasser les tigres pendant un mois tous les quatre à cinq ans », soulignant que, sans mesure équilibrée, le Népal sera bientôt confronté au problème d'une surpopulation de tigres, ce qui pourrait entraîner une augmentation des conflits avec les humains et un manque de nourriture pour les animaux. « L'argent récolté par les licences de chasse serait utilisé pour des travaux de conservation. Nous pourrions facturer 25 millions de dollars pour chaque tigre tué. À ce prix, le coût de la mise à mort de cinq tigres couvrirait facilement le budget total du ministère de l'environnement pour l'exercice 2023/24 » a-t-il précisé.