Les chasseurs ont donc investi la plaine et les boqueteaux, dimanche dernier, pour faire cette ouverture tant attendue de la saison cynégétique 2022/2023. Malgré une sécheresse persistante, les craintes émises lors de la canicule ont été vite dissipées. Les animaux sont bien présents, mais plus proches des points d’eau et des cultures et zones humides, ce qui n’a pas fait l’affaire des territoires de plateaux, plus exposés aux rayons ardents du soleil. La bonne nouvelle est que beaucoup d’animaux ont été vu, signe que la canicule n’a pas eu raison d’eux. Lièvres, palombes, colverts étaient bien là, mais hors de flair des chiens handicapés par la sécheresse et la chaleur. Beaucoup ont donc écourté cette journée épuisante pour les chiens. Malgré cela, la motivation reste intacte et tous espèrent prochainement, des conditions climatiques plus favorables.