Samedi dernier, ouverture en demi-teinte pour les chasseurs de gibier d’eau de la baie de Somme. Les fortes chaleurs et la grippe aviaire ont emmené les oiseaux vers d’autres lieux, provisoirement pour la première cause, définitivement pour la seconde. Le ciel est resté dans bien des endroits vides de battements d’ailes, ne laissant aux sauvaginiers que le plaisir d’être ensemble et d’admirer le lever du soleil. Mais c’en était terminé pour cette première matinée, point de passage, point de cris, point de vie… Pour l’association des Chasseurs de la baie de Somme, qui compte 2300 adhérents, le pessimisme régnait, d’autant plus qu’une zone de contrôle temporaire a été mise en place sur plusieurs communes de la baie. Nicolas Bruvier, le président, est bien conscient de la situation, mais espère des jours meilleurs : « Cela fait des mois que cela dure. On a déjà connu des périodes de grippe aviaire. Il faut faire le dos rond, et sans doute vivre avec… » a-t-il déclaré.