En Europe, depuis le début de l'année, 285 foyers de PPA sont apparus dans des élevages européens, où la maladie circule majoritairement dans l'est du continent. En Asie, après l’espoir d’un vaccin testé au Vietnam depuis le mois de juin 2022, les effets secondaires sur les porcs domestiques sont tels que les essais cliniques ont été suspendus dans l’attente des résultats des études complémentaires. Bref, la menace est toujours bien présente, et les services vétérinaires de la plupart des pays européens ne cessent d’alerter sur la nécessité de vigilance. « Le nombre de cas et de zones nouvellement affectées augmente malgré les efforts » alerte Gregorio Torres, chef du département scientifique à l'OMSA. Le virus circule majoritairement en Roumanie (197 cas détectés), en Moldavie, dans l'ouest de la Russie, en Italie, en Pologne et en Allemagne. Face à ce rythme de propagation, l'agence a lancé en juillet dernier sa troisième campagne de communication dont l’objectif est de sensibiliser les éleveurs, les chasseurs et les vétérinaires sur le mode de diffusion du virus.