Alors que la situation ne cesse de s’aggraver en Gironde, les langues se délient… Les 1200 sapeurs-pompiers déployés ont bien des difficultés à « fixer » les flammes, qui ont déjà ravagé plus de 17 000 ha de forêt et nécessité l’évacuation de 32 000 personnes. Les perspectives, pour cette semaine de canicule annoncée, sont qualifiées de « défavorables » sur les deux fronts de La-Teste-de-Buch et de Landiras. « Les moyens dont nous disposons ne sont plus adaptés » déclare un pilote de Canadair : « Aujourd’hui, la flotte spécialisée française, qui est basée à Nîmes-Garons, comprend 7 Dash et 12 Canadairs, dont 3 sont en maintenance… ». Mais vient aussi noircir ce tableau, la déclaration faite l’an passé par la sénatrice verte Monique de Marco, qui se félicitait d’avoir fait reculer le gouvernement sur la forêt usagère de La Teste-de-Buch, en faisant bloquer son plan de gestion et par là même, l’entretien du sous-bois. Patrick Davet, le maire de La Teste-de-Buch résume ainsi la situation : « Cette forêt est mal entretenue et c’est la principale raison de la propagation aussi rapide du feu. La végétation a envahi les pistes et cela gêne considérablement les engins pour passer. La préfète va prendre ce dossier en main et personnellement j’ai eu hier, en visio, la Première ministre. On va réfléchir ensemble de façon intelligente et responsable. Moi, je ne veux plus d’incendie sur ma commune… ».