Le 24 novembre dernier, les 35 pays membres de la coalition de pays pour mettre fin à la pollution plastique, dont la France et l'Union européenne, ont publié une déclaration qui appelle à un traité le plus ambitieux possible. « D'ici 2050, il pourrait y avoir plus de plastique que de poissons dans l’océan » a rappelé le ministère de la Transition écologique et de la cohésion des territoires, avant le lancement, le 28 novembre à Punta del Este en Uruguay, des pourparlers relatifs au traité. Cette première session de négociations est le résultat d'une résolution contre la pollution plastique, approuvée le 2 mars 2022 par 175 États, lors de l'Assemblée des Nations unies pour l'environnement. La première réunion du Comité intergouvernemental de négociation avait pour objectif de mettre en place l'organisation, pour les deux années à venir, de pourparlers, sous la supervision du programme des Nations unies pour l’environnement. Le périmètre retenu couvre la « pollution plastique, y compris dans l’environnement marin ». Le traité pourra impliquer à la fois des actions contraignantes et volontaires. La deuxième réunion se tiendra en France, au printemps 2023.