Le virus gagne du terrain et se rapproche dangereusement du territoire français. « Un élevage de 166 porcs, situé dans la commune de Montebello della Battaglia, a été touché par la peste porcine africaine, le 16 août dernier » a annoncé la plateforme d’épidémio-surveillance en santé animale (ESA), dans son bulletin hebdomadaire de veille sanitaire internationale publié le 29 août. D’après les informations de la Commission européenne, sur les 166 porcs, 130 ont déclaré la maladie avant abattage sanitaire et mise en place des mesures réglementaires. La Plateforme ESA rapporte que la peste porcine africaine s’étend progressivement sur la totalité du territoire italien, avec désormais 7 foyers en élevage, et 765 cas chez les sangliers. Face à l’essor du virus, la France et l’Italie avaient acté, le 30 juin 2023, la création d’un « groupe de contact technique sur la PPA, afin de favoriser les échanges d’informations et d’harmoniser les méthodes de surveillance et de lutte ». Ailleurs, en Europe continentale, le virus continue de faire tache d’huile. Toujours d’après la Plateforme ESA, sur les quatre dernières semaines, 252 cas ont été détectés dans la faune sauvage, ainsi que 522 foyers domestiques. « La forte augmentation de l’incidence dans le compartiment domestique est due principalement à l’épizootie en cours dans les pays des Balkans, en particulier en Bosnie-Herzégovine et Croatie, qui tend à se propager sur le Kosovo et la Bulgarie, mais aussi à une forte incidence en Roumanie », précise l’ESA.