Les autorités cherchent toujours l'ours Goiat, dont le ministère de la Transition écologique a autorisé la capture afin de l'équiper d'un collier GPS. Si ce genre d’accessoire n’empêche pas les prédations, l’ours sera au moins localisé. L'arrêté ministériel, qui a été signé le 22 juin, stipule que : « Les agents de l'OFB sont autorisés à capturer l'ours Goiat sur les départements de l'Ariège, de l'Aude, de la Haute-Garonne, des Pyrénées-Atlantiques, des Hautes-Pyrénées et des Pyrénées-Orientales. L'idée est de l'équiper d'un collier GPS qui devrait permettre de le localiser en permanence et ainsi de prévenir, en amont, les éleveurs si l'animal venait à se rapprocher des troupeaux. L’ours, s’il est capturé devra être relâché sur place, une fois l'opération terminée… ». Cet animal, auteur de nombreuses attaques, a conduit les autorités française et espagnole à le classer « ours à problème ». Agé de 15 ans, il a été introduit dans les Pyrénées le 6 juin 2016 sur les versants espagnols, dans le Pallars, pour remplacer « Pyros ». Depuis, il donne du fil à retordre aux autorités avec la perte de son collier GPS. Recapturé et rééquipé en 2018, il s'était de nouveau débarrassé de l'appareil en 2020…