Lundi dernier, nous évoquions une semaine passée sans accident ou incident de chasse. C’était vrai jusqu’au samedi 4, mais malheureusement nous apprenions, le lundi 7 dans la matinée, le décès du chasseur-archer du Nord, percuté mortellement par un cerf, dans la Meuse. Puis, ce même lundi en début d’après-midi tombait la dépêche qui faisait état d’un chasseur de Champeau en Morvan (Côte d’Or), blessé au ventre par une balle tirée par un traqueur. Le pronostic vital de la victime était effectivement engagé, mais les premiers soins donnés au Centre de secours de Saulieu et son héliportage vers l’hôpital de Dijon ont évité la suite que tous redoutaient. Bien que toujours hospitalisé, le chasseur est tiré d’affaire aujourd’hui et on ne peut que s’en réjouir. Hier, en soirée, on apprenait qu'un nouvel accident avait fait une victime en forêt de Monieux, dans le Vaucluse. Un chasseur originaire d'Entraigues sur la Sorgue a été gravement blessé, et malgré les premiers secours prodigués sur place par les sapeurs pompiers, il est décédé. Selon les premiers éléments de l'enquête ouverte par le Parquet de Carpentras, c'est un autre chasseur qui a tiré une balle qui a touché la victime à l'abdomen, au cours d'une battue aux chevreuils. Cela laisse toujours en suspend cette question des traqueurs armés à proximité des lignes de tir. Pourquoi ne pas laisser une coupe ou distance « de sécurité » le long des lignes de chasseurs postés, dans laquelle seuls des rabatteurs non armés pousseraient le gibier ?