La semaine dernière, près de Clermont-Ferrand, un chasseur a tiré sur son frère au cours d’une battue aux sangliers. L’accident s’est produit à Chanat-la-Mouteyre (Puy-de-Dôme) où la victime de 76 ans, touchée au bras, a dû être hospitalisée au CHU de Clermont-Ferrand. Ses jours ne sont pas en danger, mais une enquête a été ouverte pour blessures involontaires par les gendarmes de la brigade de Chamalières et par l’OFB. Le permis de chasse du tireur a été retenu et l’arme a été saisie.

Samedi, c’est en Dordogne, à Rudeau-Ladosse, en Périgord vert, qu’un chasseur de 64 ans a reçu un projectile de chasse dans la hanche, tiré par un autre chasseur. Médicalisé sur place par le SAMU, il a ensuite été transporté à l'hôpital pour être opéré. Selon les premiers éléments recueillis par les gendarmes, c’est un autre chasseur du groupe qui a tiré un coup de feu en direction d'un sanglier, à une distance d'une quarantaine de mètres. On ne sait pas encore si la balle a ricoché pour atteindre la victime. Le Parquet de Périgueux a ordonné une enquête qui est menée par les gendarmes pour déterminer les circonstances précises de l'accident et identifier les éventuels manquements aux règles de chasse. 

Dimanche 27 novembre, à Saint-Rémy-de-Provence, c’est un promeneur qui a été touché par un tir de chasse, dans le massif des Alpilles. Une balle a atteint la victime au bras, à hauteur du biceps. Le promeneur blessé a été héliporté à l'hôpital d'Avignon, sans pronostic vital engagé. Quant au chasseur auteur du tir, il a été placé en garde à vue par la gendarmerie de Saint-Rémy-de-Provence, chargée de l’enquête.

Toujours dimanche, un homme de 58 ans a été transporté à l’hôpital de Brest. Il avait été blessé au cours d’une partie de chasse à la bécasse, à Plouigneau, près de Morlaix. Touché à la tête par du plomb, l’homme a été transporté au centre hospitalier par les pompiers, appelés sur les lieux. Une enquête a également été ouverte par la gendarmerie.