Une pétition déposée par le Parti animaliste le 3 octobre dernier, demandait l’abolition de la chasse à courre. Au terme du premier mois, elle vient d’être clôturée par le Sénat. Dans sa décision du 2 novembre, on peut lire : « La Conférence des Présidents a décidé de se saisir de cette pétition, et de la renvoyer à la commission des affaires économiques, qui décidera des suites à donner. La commission élargira l'examen entamé à la suite du renvoi de la pétition n° 1012 relative au déterrage des blaireaux, à l'ensemble des modes de chasse dont l'interdiction est demandée au regard de la condition animale ». Le parti animaliste est vent debout, et selon sa co-présidente, il est trop tôt pour dire s’il s’agit d’une bonne nouvelle ou d’une manœuvre politique. Du côté de la Haute Chambre, le président LR du Groupe d’études Chasse et pêche du Sénat s’était déjà emporté contre la pétition dénonçant la vènerie sous terre : « Ça devient insupportable ces pétitions. J’ai eu le cabinet de Gérard Larcher au téléphone qui m’a confirmé que la Conférence des présidents allait probablement se saisir de celle-ci. Nous sommes en train de subir la pression des antispécistes et des animalistes qui n’ont probablement jamais vu un blaireau de leur vie. La chasse est une activité légale, qui est attaquée de toute part au nom du bien-être animal. On va encore mobiliser un groupe de travail pour un sujet d’ordre réglementaire. À titre personnel, je suis pour qu’on limite la plateforme des e-pétitions aux sujets régaliens ».