Le ministère tunisien de l’agriculture, des ressources hydrauliques et de la pêche maritime a publié, début août, l’arrêté relatif à l’organisation de la chasse pendant la saison 2022/2023. Comme nos compatriotes sont nombreux à aller taquiner la bête noire dans ce pays, voici les grandes lignes de cet arrêté :

- l’entrée des touristes chasseurs est autorisée entre le 2 octobre 2022 et le 29 janvier 2023, pour la chasse au sanglier. Entre le 2 octobre 2022 et le 30 avril 2023, pour la chasse au sanglier dans les gouvernorats de Tozeur, Kébili, Gafsa, Gabès, Tataouine, Sfax, Sidi Bouzid et Kasserine. Entre le 4 décembre 2022 et le 12 mars 2023, pour la chasse aux grives et étourneaux pendant quatre jours successifs.

- la chasse du sanglier, par les touristes chasseurs, est autorisée durant tous les jours de la semaine.

- l’introduction des munitions de chasse par les touristes chasseurs pour leurs besoins est autorisée selon la législation en vigueur, à raison de trois cents cinquante (350) cartouches par chasseur aux grives et étourneaux, et cinquante (50) cartouches à balles par chasseur au sanglier.

- l’entrée des chiens de chasse et des appelants est interdite.

- la délivrance d’une licence de chasse touristique donne lieu à la perception par le receveur des produits domaniaux d’une redevance de : deux cents dinars (200 d = 62 €) pour la chasse au sanglier. Pour les grives et les étourneaux : mille dinars (1000 d = 310 €) pour la période du 4 décembre 2022 au 31 janvier 2023 et deux mille dinars (2000 d = 620 €) pour la période du 1er février 2023 au 13 mars 2023.

- un droit d’abattage de cent cinquante dinars (150 d = 46,50 €) sera dû pour chaque sanglier abattu sur les terrains appartenant à l’Etat public et privé à l’exception des périmètres cités à l’article 14 du présent arrêté. Ce droit sera versé à la caisse du receveur des produits domaniaux par le chasseur concerné à la fin de chaque journée de chasse touristique.

Chaque sanglier abattu doit être immédiatement bagué et soumis aux dispositions de l’article 3.

- en cas d’une chasse au sanglier par un groupe mixte de chasseurs touristes et tunisiens ou résidents, le droit d’abattage reste de cent cinquante dinars pour chaque sanglier abattu, quel que soit le tireur.

- les agences de voyages et les établissements hôteliers, organisateurs de la chasse touristique, doivent se conformer au respect de l’environnement naturel et s’assurer du ramassage des douilles vides après le déroulement de la chasse par les chasseurs.

- les infractions en matière de chasse feront l’objet de constatations et d’enquêtes par les ingénieurs et techniciens des forêts habilités, et tous les officiers de police judiciaire.

Le ministre de l’agriculture, des ressources hydrauliques et de la pêche maritime : Mahmoud Elyes Hamza

La Cheffe du Gouvernement : Najla Bouden Romdhane