Les Etats-Unis ont annoncé jeudi dernier qu'ils allaient s'engager à soutenir la promotion de safaris respectueux de l'environnement en Afrique, au moment où l'industrie du tourisme commence de nouveau à battre son plein. L’annonce a été faite par l'Agence américaine pour le développement international (USAID), lors d'un sommet de trois jours qui a réuni près de 50 dirigeants africains à Washington. Pour donner le premier coup de pouce au fonds d’investissement, l’USAID s’est engagée à verser 2,5 millions de dollars à l’Africa Conservation and Communities Tourism Fund (ACCT) qui travaillera avec des opérateurs de safari au Botswana, au Kenya, en Namibie, en Afrique du Sud, en Tanzanie et en Zambie. Le but, au-delà de la chasse est de procurer aux autochtones des revenus, et d’aider les opérateurs d’écotourisme ravagés financièrement par les restrictions de voyage liées au Covid-19. « Si les opérateurs ne parviennent pas à se remettre d'aplomb financièrement, des terres sauvages qui étaient auparavant protégées, seront exposées à de forts risques de destruction, ce qui ne ferait qu'empirer la santé de la planète, exacerberait le changement climatique, et priverait des populations locales d'opportunités d'emploi » a déclaré l’ACCT.