Idée cadeau : le coffret de 6 CD : Hymne à la trompe de chasse

Un monument musical à offrir... pour les fêtes de fin d'année

Les sonneurs de trompe… de chasse, ceux qui sont restés fidèles aux traditions de la vénerie, vont être heureux d’apprendre la sortie de ce coffret de 6 CD qui couvrent tout l’art de la musique de chasse : Cd 1 : « Au Panthéon de la vénerie » (45 fanfares). Cd 2 : « Protocole et déontologie de la vénerie d’hier et d’aujourd’hui » (84 fanfares). Cd 3 : « Hommages, honneurs et dédicaces » (64 fanfares). Cd 4 : « Fanfares d’animaux et de circonstances » (72 fanfares). Cd 5 : « La chasse à tir en fanfares » (54 fanfares). Cd 6 : « Histoire et modernité à l’épreuve des exigences de la musique » (30 fanfares). Dans le livret qui accompagne cette collection magistrale, Philippe Dulac souhaite la « Bienvenue dans ce panthéon sonore », et Pierre de Rouälle « félicite Hubert Heinrich pour l’originalité de son initiative, contribuant avec faste à l’élargissement d’un patrimoine commun à la trompe des sonneurs et à l’activité des équipages ». Ce magnifique coffret, d’une richesse musicale incomparable, est disponible au prix de 64 €, frais d’envoi compris auprès de : Institut Hubert Heinrich, 8 rue du Bout Dessous, 25250 Gémonval. Internet : www.ihh.gemon@yahoo.fr

 

 

"Je sonne de la trompe" un ouvrage didactique signé Sylvain Oudot et Guyaume Vollet

Destiné à l`apprentissage progressif de la technique pour la trompe en ré, cet ouvrage s’adresse aux apprenants, débutants ou moyens, ainsi qu’aux enseignants. Forts de leurs expériences respectives, les deux auteurs proposent un condensé de leur approche de l'enseignement de la trompe, complété par trois recueils d’études, d`exercices et de fanfares traditionnelles déjà disponibles dans la même édition « Tempo Music Club ». La méthode est d'autant plus profitable qu`elle s’enrichira des conseils avisés et personnalisés d’un professeur. Les phases successives d`apprentissage sont présentées en quatre chapitres qui correspondent à la chronologie d`enseignement : 1) la gestion de l’air ; 2) la diction et l’ornementation ; 3) l’expression ; 4) les pupitres. Comme le précisent les auteurs : « La rédaction de cet ouvrage se veut simple et efficace. Nous avons choisi de ne pas illustrer nos propos par des planches techniques ou anatomiques savantes, préférant orienter le lecteur vers des vidéos intéressantes dont les liens sont fournis en fin de recueil. Ce vecteur moderne de connaissances, utilisant l’animation 3D, présente l`avantage d’être à la fois explicite et ludique. Des exercices annexes ont été sélectionnés dans le but de susciter un « ressenti » chez l'apprenant. Ils peuvent être complétés par d`autres exercices, selon les recommandations des professeurs. Évidemment, la méthode devra être adaptée par le lecteur ou le pédagogue de façon appropriée pour l'élève, selon sa morphologie, ses capacités physiques et son niveau d’avancement dans l`apprentissage de l'instrument ». Pour se procurer ce « Traité de technique usuelle et Exercices pratiques » vous pouvez vous adresser à : Guyaume Vollet www.destrompesetvous.fr ou à Sylvain Oudot : https://facebook.com/MusiqueTrompes/

Assouvir, par la mélodie, son besoin d'expression artistique

 

Les chasseurs à tir découvriront-ils la possibilité d’associer une poésie expressive à leurs battues au grand gibier ? Parmi les œuvres qui veulent ajouter, au plaisir d’une belle journée de chasse, le son affirmé des trompes, apprécions cette fanfare consacrée au vieux solitaire, qui a payé de sa vie son audace à provoquer les chiens. Sa vie d’expériences accumulées année après année, lui a permis de déjouer les pièges dans lesquels il n’est pas tombé, jusqu’au jour où…

Ce sont ses gènes qui permettront à sa descendance de résister elle-aussi, afin de perpétuer cette espèce, la seule qui fasse encore trembler le chasseur, au fond des forêts...

 

Fanfare : Le solitaire  

 

En musique, et à la trompe de chasse, notre patrimoine cynégétique s’est enrichi de 52 fanfares, spécialement composées pour la chasse à tir. Elles rythment les trois grandes étapes d’une journée réussie : avant la chasse, pendant la chasse et après la chasse, en soulignent les temps forts et contribuent ainsi à la défense de notre passion.

 

Ce CD est en vente au prix de 12€ (frais d’envoi compris) auprès de :

Institut Hubert Heinrich

8, rue du Bout Dessous

25250 Gémonval

Le vibrato de la trompe

Souvent, il est dit que le son chanté du sonneur était une sorte de mime, en prolongement de la voix humaine masculine. La sonorité de la trompe requiert, dans ce qu’elle a de majestueux, la présence constante du vibrato, dès lors que la durée de la note en permet les oscillations qui sont de deux natures :

- une fluctuation du son par un effet mécanique, qui consiste à mouvoir subtilement et de façon régulière, énergiquement ou pas, la mâchoire inférieure. Le son suit une courbe autour du ton central de la note,

- un apport, sur la base d’une pression abdominale stable, de petites pulsions (poussettes) supplémentaires qui remplissent le rôle de soutien au mouvement dit mécanique.

Le son, fluctuant dans sa note, donne un effet assez inhabituel pour un cuivre. Pour la trompe de chasse, les mouvements de vibrato sont partie intégrante du caractère global du « ton de vènerie », ce, depuis le début du 20e siècle. Avant cette période, il est assez vraisemblable que les sonneurs aient produit des « sons droits », à l’image des autres types de cors, et bien évidemment de tous les cuivres. Il est à noter qu’aujourd’hui encore, nombre de veneurs qui utilisent la trompe dans l’exercice de leur passion, produisent peu ou pas de vibrato. En revanche, tous les sonneurs de la famille des « musiciens de la trompe », s’exercent à cette discipline, devenue incontournable dans le milieu de l’exclusive trompe de chasse.

 

Invention depuis la fin du 19e ou histoire ancienne ?

Dans les travaux d’une thèse musicologique réalisée par Greta Moens-Haenen (Pays–Bas), en 1988, on trouve ceci : « Il ressort pour la France, qu’au dernier tiers du 17e siècle, plusieurs théoriciens avaient déclaré le vibrato sous le terme ornement. Puis, sont apparus les termes de doublement de gosier, de coup de glotte ou encore de chevrotement. Puis, on utilisa le terme animer le son, ce que l’archet du violon exprime assez bien, et que l’on nomme vulgairement animer, c’est-à-dire donner le mouvement, à quoi cet ornement du chant contribue beaucoup, et sans lequel les airs seraient sans âme et ne feraient qu’ennuyer. Plus tard encore, on trouve dans les partitions les inscriptions précisant où il fallait exécuter le vibrato, ceci sous des noms très divers : battement, martèlement, flatté ou balancement, tremblement mineur, port de voix, coulé, accent, tremolo, tremblor, miaulement, son filé… Toutes ces subtilités d’expression étaient plutôt réservées aux grands solistes. De façon générale, le vibrato était d’ailleurs particulièrement exacerbé, lors d’hommages rendus à de grands artistes, dans des œuvres spécifiques comme le tombeau de Monseigneur de Lully, d’un dénommé Marais ».

 

Le vibrato 

Il se chante comme la voix humaine.  Sa douceur est celle d’une mélodie sortie d’un violon. Il se produit partout où la durée des notes le permet, ni trop rapide, ni trop lent. En revanche, si dans le passé il était souhaité comme un frémissement, il n’aurait donc par nature ni courbe large, ni un mouvement systématiquement régulier. Et pour sa touche esthétique, il ne serait aucunement scandé, sous peine de s’approcher là, d’un insupportable et dommageable chevrotement.

 

 


Musique pour la chasse à tir : La fanfare des Pays de la Loire

 

 

 

 

En musique, et à la trompe de chasse, notre patrimoine cynégétique s’est enrichi de 52 fanfares, spécialement composées pour la chasse à tir. Elles rythment les trois grandes étapes d’une journée réussie : avant la chasse, pendant la chasse et après la chasse, en soulignent les temps forts et contribuent ainsi à la défense de notre passion.

 

Ce CD est en vente au prix de 12€ (frais d’envoi compris) auprès de :

Institut Hubert Heinrich, 8 rue du Bout Dessous, 25250 Gémonval

La fanfare des chasseurs d'Ile de France

La trompe de chasse : tous sont unanimes sur le caractère saisissant du son de cet instrument noble et archaïque à la fois, qui doit sa survivance à la bienveillance des veneurs. Dès la fin du 17e siècle, ils l’ont adopté pour servir à la communication, lors des chasses à courre. Depuis longtemps déjà, ce tuyau long de 4,545 mètres, dans sa tonalité de Re majeur, issu de la famille des cuivres naturels, sert également la chasse, dans son acception générale. Lorsque nous l’évoquons, nous parlons communément de la « trompe de chasse », image viscéralement soudée aux chasseurs, pour qui elle en est devenue le symbole irréfragable. Au-delà de son cadre cynégétique, la trompe présente des atouts de couleurs et de chaleurs chatoyantes, lorsqu’elle rentre dans un contexte d’harmonie. Jamais de ma vie, alors que j’ai porté ses accents si brillants et si mélancoliques à la fois, dans 18 pays au monde, je n’ai trouvé une seule personne insensible.

 

Hubert Heinrich

 

La fanfare des chasseurs d'Ile de France

 

 

En musique, et à la trompe de chasse, notre patrimoine cynégétique s’est enrichi de 52 fanfares, spécialement composées pour la chasse à tir. Elles rythment les trois grandes étapes d’une journée réussie : avant la chasse, pendant la chasse et après la chasse, en soulignent les temps forts et contribuent ainsi à la défense de notre passion.

 

 Ce CD est en vente au prix de 12€ (frais d’envoi compris) auprès de :

 

Institut Hubert Heinrich

8, rue du Bout Dessous

25250 Gémonval

 

Musique pour la chasse à tir : Fanfare des Chasseurs de France

Lors de son allocution le jour de l’enregistrement du « Chant final », véritable hymne à la chasse, Pierre Daillant, ancien président national, s’était montré particulièrement visionnaire. « La transformation, au 20e siècle, d’une civilisation rurale en une civilisation urbaine met en péril la chasse, la plus traditionnelle des activités de nature. Elle ne pourra survivre à ce bouleversement que par l’unité et la solidarité de tous les chasseurs, quelles que soient leurs pratiques (à courre, à tir, au vol, à l’arc, sous terre, à l’approche), ou leur objet (grand gibier, petit gibier, gibier d’eau et gibier de passage). Le pouvoir fédérateur de la musique est une évidence, et les hymnes nationaux en sont une preuve éclatante. De la manifestation politique à la manifestation sportive, cent mille personnes chantant le même refrain se sentent plus que jamais solidaires… La trompe de chasse, merveilleux instrument de la communication entre chasseurs, porte également un message de rassemblement. Puisse la trompe de chasse être le trait d’union entre tous les chasseurs de France, solidaires pour défendre leur passion et sauvegarder leurs traditions… ». 

 

Fanfare des Chasseurs de France 

 

En musique, et à la trompe de chasse, notre patrimoine cynégétique s’est enrichi de 52 fanfares, spécialement composées pour la chasse à tir. Elles rythment les trois grandes étapes d’une journée réussie : avant la chasse, pendant la chasse et après la chasse, en soulignent les temps forts et contribuent ainsi à la défense de notre passion.

 

Ce CD est en vente au prix de 12€ (frais d’envoi compris) auprès de :

 

Institut Hubert Heinrich

8, rue du Bout Dessous

25250 Gémonval

Musique pour la chasse à tir : Le rappport

La musique est la langue des émotions disait Emmanuel Kant, l’un des principaux piliers de la philosophie occidentale, qui considérait que c’est le sujet qui construit l’objet de sa connaissance… Partant de ce précepte, appliquer à la chasse à tir ce qui fait l’admiration de la vénerie, devenait une évidence. La battue, qu’elle soit de petit ou de grand gibier, est l’un des modes de chasse coutumier sur notre territoire. Tradition similaire et ancienne chez nos voisins européens, elle bénéficie chez eux d’un accompagnement musical qui répond à un rituel bien instauré, et dont chaque pays promeut son style. Chez nous, depuis bientôt trois ans, ces fanfares autour de la chasse à tir sont sonnées un peu partout, au cours des journées de chasse. Nous avons vu précédemment « L’appel au rond », et nous allons aborder ici, « Le rapport », fanfare qui invite les chasseurs à se réunir autour du président ou du directeur de chasse pour la « grand-messe » du matin.

 Le rapport
 

En musique, et à la trompe de chasse, notre patrimoine cynégétique s’est enrichi de 52 fanfares, spécialement composées pour la chasse à tir. Elles rythment les trois grandes étapes d’une journée réussie : avant la chasse, pendant la chasse et après la chasse, en soulignent les temps forts et contribuent ainsi à la défense de notre passion.

 

Ce CD est en vente au prix de 12€ (frais d’envoi compris) auprès de :

 

Institut Hubert Heinrich

8, rue du Bout Dessous

25250 Gémonval

Musique pour la chasse à tir : l'appel au rond

 

 

L'appel au rond

En musique, et à la trompe de chasse, notre patrimoine cynégétique vient de s’enrichir avec ce nouveau CD de 52 fanfares spécialement composées pour la chasse à tir. Ces fanfares rythment les trois grandes étapes d’une journée réussie : avant la chasse, pendant la chasse et après la chasse, en soulignent les temps forts et contribuent ainsi à la défense de notre passion. Vous découvrirez également sur ce CD, les 13 fanfares de nos régions, avec quelques notes populaires qui rappellent leurs origines, ainsi que la fanfare des Chasseurs de France, les fanfares de nos amis chasseurs frontaliers (Belges, Luxembourgeois, Allemands, Suisses, Italiens et Espagnols), qui retrouveront aussi quelques sonorités de leur hymne national respectif, sans oublier l'ultime point d'orgue de la fanfare dédiée à la FACE (Fédération des Associations des Chasseurs Européens). Tout est réuni pour offrir à la chasse à tir française un spectacle musical d'une richesse incomparable.

Ce CD est en vente au prix de 12 € (frais d'envoi compris) auprès de :

Institut Hubert Heinrich,

8, rue du Bout Dessous

25250 Gémonval