Trophées : encore quelques originalités...

Arrachement du pivot droit

Ce jeune cerf a été tiré en novembre, l’an passé, par Laurent Gadiffet, sur la commune de Brancourt en Laonnois, dans le département de l’Aisne. C’est donc un cerf du fameux massif de Saint-Gobain. Le bois de gauche se présente tel un 10 cors à surandouiller, et celui de droite est réduit à une sorte de champignon nécrosé brunâtre, ce qui caractérise un arrachement du pivot occasionné par un choc assez violent durant la période de refait. Un beau trophée vraiment atypique !

 

 

Un joli brocard

Avec une symétrie quasi géométrique des bois, très perlé, presque noir même avec des meules formant une couronne large et haute, ce brocard a tout d’un grand. Il est seulement dommage que son envergure, trop large, nuise un peu à l’esthétique générale du trophée, dont le poids net s’élève à 461 grammes, et le volume atteint 170 ml. Les perches, qui s’inscrivent dans une architecture parfaite de 6 pointes, mesurent 22 cm à gauche et 22,5 cm à droite. La cotation finale est arrêtée à 121,22 points. L’animal a été tiré en battue, le 3 octobre 2020, sur le territoire de Chémery sur Bar dans les Ardennes.

 

Magnifique tête bizarre

Ce cerf, par sa conformation hors norme, constitue un trophée d’exception qui fera rêver les amateurs de têtes originales. Il a été tiré sur le camp militaire de Suippes, en battue, par Ludovic Chatry. La mâchoire inférieure laisse supposer qu’il s’agit d’un animal tout juste adulte. L’anomalie du bois gauche a pour origine un traumatisme important au niveau du pivot. D’ailleurs, on peut remarquer, sur la partie postérieure du pivot, un léger décollement de l’os dû sans doute à un arrachement partiel. La fracture a été quelque peu gagnée par une légère actinophytose, et présente même un petit trou assez profond. Le bois de droite est parfaitement normal, avec sa structure de type 12 cors.

 

Multipointes

Ce brocard été tiré dans le département de la Dordogne, le 3 août dernier, par un chasseur belge, William Guiot, sur la commune de Saint Méard de Gurçon, à une dizaine de kilomètres au nord de Saint Foy la Grande. En dépit de son caractère atypique, occasionné vraisemblablement par un traumatisme durant le refait, on peut distinguer les deux principaux merrains, ce qui a permis sa cotation. Ils mesurent respectivement 17,2 cm à gauche et 19 cm à droite. Le trophée pèse, net, 456 grammes pour un volume de 165 ml. Quelque peu pénalisée par ses anomalies, la cotation atteint toutefois 110,15 points.

 

Trophées : la sélection d’octobre 2021, de Jean-Marc Thiernesse

Un grand solitaire

C’est sur le territoire de la commune de Morcenx, dans les Landes, qu’Hervé Lorentz a tiré ce beau sanglier. Le soir du 14 août dernier, alors qu’il s’était posté à l’affût d’un éventuel brocard sur une plaine, apparaît cet animal de belle taille. Un bref coup de jumelles lui confirme qu’il s’agit d’un mâle, et il prend donc la décision de le tirer. La balle, de calibre 7x64, sera fatale, et c’est avec beaucoup d’émotion que le chasseur s’approche du quartanier, se rendant alors à l’évidence. Il venait de tirer un solitaire, très bien armé, et avoisinant les 120 kg… ce qui nécessitera la mobilisation de quelques amis pour le ramener à la maison. Les défenses dépassent les 20 cm, pour une largeur moyenne de 27 mm. Les grès, à la courbure bien marquée, ont une circonférence de 7,3 cm. La cotation fait état de 119,15 points.

 

Grand brocard du sud-ouest

Ce brocard, à l’aspect très massif, a été tiré durant l’été dernier par Lucas Barbier, sur le territoire de la commune de Marmande (Lot et Garonne). Il pèse net 540 grammes, et son volume est évalué à 225 millilitres. Les merrains mesurent en moyenne 24,1 cm pour une envergure très étroite de 8 cm. L’ensemble des points attribués à la beauté s’élève à 9,5, ce qui amène la cotation définitive au-dessus du seuil de l’or, c’est-à-dire 143,05 points.

 

 

Un beau cerf du massif de Vireux-Wallerand

Ce grand 16 cors, irrégulier, aux merrains de 95,6 et 97,2 cm, a été tiré le 22 novembre 2020 par Fabrice Goffette, sur le territoire communal de Vireux-Wallerand, dans le nord du département des Ardennes. Le poids brut du trophée s’élève à 5,990 kg, et son envergure atteint 68,7 cm. Les principales mensurations sont les suivantes : andouillers d’œil : 33,5 et 32,4 cm ; chevillures : 36,2 et 35,5 cm ; circonférences des meules : 25,5 et 25,1 cm. Circonférences des merrains pour la partie basse : 15,9 et 15,8 cm, et pour la partie haute : 12,9 et 13,9 cm. Enrichie de quelques 13 points de beauté, la cotation finale est arrêtée à 189,37 points.

 

 

Il a l’âge d’un daguet

                                                                                       (A droite) Ce cerf, présenté à l’occasion de l’exposition de trophées du département de l’Aisne, en juin dernier, est âgé d’un an, comme le montre sa mâchoire inférieure, avec la troisième prémolaire trilobée. Il s’agit donc bien d’un daguet. Certes la tête est atypique, portant 3 pointes à droite réparties dans une structure de 6 cors, et présentant à gauche un dédoublement de la perche dans sa partie basse. On remarquera que, malgré son statut de « yearling », son trophée possède des meules parfaitement marquées.

Association Française des Mensurations de Trophées : concours photos "Prix Alain François"

Comme l’a écrit, à la création de l’AFMT dont il fut le premier président, André-Jacques Hettier de Boislambert : « La gestion moderne et rationnelle du grand gibier se fonde sur la connaissance de la biologie et du comportement des espèces sauvages, dans le cadre de la capacité d'accueil des biotopes… Les informations (recueillies) prennent tout leur intérêt, en permettant de suivre à travers le temps et la variété des territoires, l'évolution qualitative des cheptels… ». C’est donc dans l’esprit de celui qui fut un grand visionnaire, et qui développa les bases de la chasse éthique du grand gibier, que le président actuel de l’AFMT lance un grand concours photographique, le « Prix Alain François ». Doté de 500 €, il récompensera l’auteur de la photo qui sera sélectionnée par le jury, selon les critères suivants : concours annuel qui concerne uniquement les têtes bizarres (ou bizardes pour certains) des ongulés français et européens : cerf, brocard, daim, chamois, isard, sanglier. Les clichés pourront concerner des animaux vivants ou des trophées très bien préparés, détourés, crâne entier de préférence. La qualité de la photo sera évidemment prise en compte, de même que son originalité et sa rareté. Pour des raisons techniques, les photos transmises par téléphone ne pourront être acceptées. La clôture de cette première est fixée au 1er septembre 2022. Chaque photo devra être accompagnée des renseignements suivants : nom, prénom, adresse postale, téléphone et adresse courriel de son auteur, et envoyée, par courriel (mail) uniquement, à l’adresse suivante : bib.bussy@wanadoo.fr

[ LIRE LA SUITE... ]

Les trophées de l’été 2021

Un beau brocard du pays de l’Armagnac

Ce beau brocard provient de Luppé-Violle, un petit village du Gers, au sud de Nogaro. Il a été tiré le 27 juillet dernier par Kevin Poulfort. Le trophée pèse net 395 grammes, et son volume est estimé à 140 millilitres. Les bois mesurent 22,4 et 21,5 cm, pour une envergure de 11,8 cm. L’ensemble des points attribués pour la beauté est dans la moyenne, ce qui fait que la cotation finale atteint 106,97 points. Un beau prélèvement !

 

Un an seulement

Attestée par sa mâchoire, dont la 3ème prémolaire est trilobée, ce cerf de type 8 cors était dans sa deuxième année, soit l’équivalent de l’âge d’un daguet. Il a été tiré en forêt de Burnéville, dans le Valois, le 25 octobre 2020. Il s’agit bien sûr d’un sujet exceptionnel au développement très précoce, signe que le biotope est en mesure de faire de grands et beaux trophées.

 

 

Sanglier des champs de bataille

Ce beau solitaire a été tué en forêt du « Mort-Homme », dans le massif de Verdun, le 22 février 2020, par Adrien Drappier. Les défenses mesurent 18,1 et 17,2 cm pour des largeurs de 24,7 et 25,3 mm. La circonférence des grès atteint 7,3 cm à gauche comme à droite. Enrichie de 3 points de beauté (2 pour les grès et 1 pour les défenses) la cotation est arrêtée à 110,25 points.

 

Un brocard bien structuré

Pour son premier brocard, tiré à l’approche, le 4 juillet dernier sur le territoire de Mouzon, le jeune Dorian Lefèvre met à son tableau de chasse un trophée assez remarquable. L’architecture de 6 pointes est quasi parfaite… mais, il manque en revanche un peu de volume et de poids pour obtenir une cotation supérieure à 110 points. Il pèse « seulement » 345 grammes pour un volume de 155 ml. Les merrains mesurent 23,4 et 24,5 cm, et leur envergure atteint 8 cm. La somme des points de beauté s’élève à 14 points et la cotation finale est arrêtée à 107,97 points.

Trophées du sud-ouest

Brocard de Causse

Ce brocard, assez massif et aux perlures fortement marquées, provient du territoire de la commune de Saint-Cernin, dans le Lot. Il a été tiré en juillet 2019 par Olivier Tonin. C’est un chevreuil de Causse, dont le poids net du trophée s’élève à 365 g, pour un volume de 155 ml. Les perches mesurent respectivement 21,4 et 22,5 cm, et leur envergure atteint 9,5 cm. Sa cotation est arrêtée à 107,47 points.

 

Solitaire du Pays Cathare

Longueur des défenses 19,1 et 20 cm. Largeur des défenses : 24,9 et 25,1 mm. Circonférence des grès : 7,4 et 7,5 cm ! Telles sont les mensurations de ce beau trophée de sanglier, qui a été tiré sur le territoire de Castelnaudary, dans l’Aude, par Vincent Percher, le 7 décembre 2020. Avec 2 points de beauté, partagés entre grès et défenses, la cotation définitive s’élève à 111,45 points.

 

 

Un cerf aux longs merrains

C’est assez rare pour être souligné. Avec 112 et 118 cm de longueur de merrains, ce grand trophée de cerf, obtenu sur le massif frontalier de Vireux-Wallerand, dans le nord des Ardennes, est assez exceptionnel. L’animal, dont l’âge est estimé à 8 ou 9 ans était donc dans sa pleine maturité. Il a été tiré, en battue, le 3 octobre 2020 par Jean-Marc Buffet. Il s’agit d’un 14 cors irrégulier, dont les empaumures comptent 9 épois, tous supérieurs à 15 cm. Le bois gauche ne présente pas de surandouiller, tandis que le surandouiller du bois de droite est réduit à une très courte pointe. Les différentes circonférences des perches varient très peu, oscillant entre 14,3 et 15,4 cm. Celles des meules atteignent 24,2 et 24 cm. L’ensemble du trophée pèse brut 8,831 kg. La cotation effectuée par MM. Brunetta et Thiernesse, s’élève à 199,61 points.

 

Un beau brocard du bassin aquitain 

Ce beau brocard du bassin aquitain a été tiré non loin de Montauban, sur la commune de Mirabel, le 14 août 2020, par Michel Fossier. L’architecture classique du trophée est caractérisée par de très fortes meules en toit et des merrains massifs, dont la couleur et le grain lui confèrent une esthétique indiscutable. Le poids brut atteint 522 g, pour un volume de 175 ml. La cotation, qui correspond à un bon niveau argent, est arrêtée à 124,57 points.

Meurthe et Moselle : une tête atypique

 

Deux pivots et deux meules, mais un seul merrain pour ce brocard vraiment atypique ! Il a été obtenu sur la commune de Roselieures, en plein cœur du pays de la mirabelle, lors de la saison 2018/2019 par M. Cottel. L’anomalie de ce trophée peut s’expliquer par une déficience de l’état général de l’animal, qui a totalement contrarié la croissance de la perche du côté droit. Mais rien n’est moins certain, car l’intérieur de l’anneau de meule est une sorte de calice qui laisse supposer un actynophytose, laquelle est visible d’ailleurs sur la face externe, inférieure du pivot.

Moselle : petit 8 cors adulte

Ce cerf, qui provient du massif d’Abreschviller, est estimé à 8/9 ans. Il n’est pas à proprement parler un grand cerf, malgré son âge, mais sa conformation de 8 cors à surandouiller, en fait un trophée assez original, et qui apporte la preuve que, dans des conditions de vie parfois difficiles, certains individus ne parviennent pas à produire de grandes ramures en dépit de leur âge… Comme chez les hommes, les cerfs ne sont pas tous égaux face à la vieillesse ! Le trophée, de couleur brun foncé, est malgré tout assez bien perlé et d’une belle régularité. Il a été tiré le 2 octobre 2017.

Ardennes : un beau solitaire

Malgré la cassure du grès droit, ce beau sanglier a été tiré sur le territoire de Thilay, le 6 octobre 2019, par Mathieu Mouze. Avec des défenses larges de 25 mm, et qui mesurent, à gauche, 17,1 cm, et 18,9 à droite et une circonférence des grès identique de chaque côté de 6,9 cm, ce trophée est coté à 107,80 points. Un beau solitaire comme on aimerait en rencontrer plus souvent !

Et de trois !

Treize cors, merrains de 99 et 100 cm, 8,100 kg de poids brut, âge estimé à 5/6 ans, pour 197,54 points CIC, c’est la cotation d’un 3e cerf qui a fini tristement, toujours dans la région du plateau de Langres. Côté par Christian Bolmont et Michel Valette, cet animal a été découvert à Noidant-Chatenoy, le 30 septembre dernier, gravement blessé à la suite d’un sévère combat pendant le brâme. C’est le président de la FDC lui-même, Thomas Corvasce, qui l’a aperçu agonisant, au cours d’une sortie randonnée à vélo. Alerté, Sébastien Pécher, le technicien de la FDC responsable du secteur, s’est rapidement rendu sur les lieux et a mis fin aux souffrances de ce jeune cerf prometteur, confirmant pour la troisième fois, le très fort potentiel des grands cervidés qui colonisent la région. Ce cerf, qui comme beaucoup d’autres malheureusement est mort trop jeune, pourrait provenir comme les précédents (voir en rubrique trophées) de Haute-Saône ou du GIC du sud haut-marnais.

Encore un « géant » du sud haut-marnais

Décidément, le secteur de Saulles, en limite de la Haute-Marne et de la Haute-Saône, est propice aux grands cerfs. Nous avons vu, il y a quelques jours, celui qui a été trouvé mort dans un puits, porteur d’un trophée de 200,8 points (voir en rubrique Trophées « Triste fin pour ce grand cerf »). Le trophée qui est présenté aujourd’hui vient d’être également côté par Michel Valette, cotateur officiel de l’AFMT (Association Française de Mensurations des Trophées) et l'un des quatre « STJ » français agréé par le CIC. L’animal a été récolté en septembre dernier, en forêt de Champsevraine, par Jean–Michel Venck, de Corgirnon. Le trophée, qui porte 15 cors pour un poids sec de 9,740 kg, arrive, avec 209,03 points au seuil de la médaille d’or CIC (210 points). En plus de la puissance qui se dégage, il a la particularité d’avoir sur le crâne et à la base du pivot gauche, un andouiller de… 48 cm. Malheureusement, cet andouiller surnuméraire n’étant pas implanté sur le merrain, ne peut être compté, ce qui l’a privé du point qui lui aurait permis de franchir le cap de la médaille d’or. La présence de cet andouiller est certainement due à un choc ou une blessure à cet endroit du crâne, qui a entraîné un saignement et la formation de ce merrain annexe.  Concernant les « STJ » (Senior Trophy Judges) du CIC, rappelons qu'ils sont quatre en France : Alain François, Hubert Lefranc, Dominique Menjoz et Michel Valette. Ils forment la Commission nationale de l'AFMT chargée d'officialiser les très grands trophées.

Plus de 200 points dans les Ardennes

Le 16 janvier dernier, en forêt communale de Gespunsart, Vivian Moutarde tirait un très grand cerf… Avec une cotation finale qui atteint 201,49 points, ce 14 cors irrégulier, estimé à 9 ans, vient d’ailleurs s’inscrire à la 8e place du classement des meilleurs cerfs du département. Surmonté de deux empaumures totalisant quelques 14 épois de plus de 15 cm, le trophée est d’une élégance indiscutable confortée par une couleur presque noire, des pointes bien blanches, de longs surandouillers et un grain très bien marqué. Ainsi totalise-t-il 13 points de beauté. Pour les principales mensurations, on entre dans la cour des grands : - poids net : 7,4 kg ; - longueur des merrains : 105,5 et 105,7 cm ; - longueur des andouillers d’œil : 40,5 et 40,8 cm ; - longueur des chevillures : 39 et 37,2 cm ; - circonférences des meules : 26,4 et 25,4 cm ; circonférences des merrains : 16,1 et 15,8 cm pour le bas, et 14,3 et 15,1 cm pour le haut. A ce jour, les cerfs de plus de 200 points sont au nombre de 9 dans le département des Ardennes, et leur classement s’établit conformément au tableau.

 

J-M.T.

Un grand dix cors vosgien

Estimé à 8 ans, ce très beau dix cors régulier, à surandouillers, a été tiré par Michel Joly le 11 novembre 2018, en forêt domaniale du Ban d’Harol, à l’ouest d’Epinal. Bien perlé et de couleur brun foncé, le trophée pèse net 6,600 kg. Il présente de longs andouillers aux pointes bien blanches. Leur implantation est aussi d’une symétrie quasi géométrique, ce qui confère à l’ensemble des bois une esthétique indiscutable. Prélevé à l’âge adulte, on peut tout de même reconnaître que ce cerf à fourches, est d’une beauté qui n’a rien à envier aux cerfs à empaumures. La cotation, effectuée par Daniel Anders et Bertrand Pfeiffer, est arrêtée à 180,45 points.

 

J-M.T.

Belle récolte dans le Haut-Rhin

Tiré à l’âge de 12 ans, lors de la saison 2018/2019, ce cerf du massif vosgien s’inscrit dans une architecture de 14 cors, avec des empaumures à double fourches décalées. Cependant, l’amorce d’épois du côté gauche, insuffisamment développé, ne peut pas être pris en considération dans la cotation. Au premier coup d’œil, ce cerf peut être caractérisé par une courbure assez impressionnante des andouillers d’œil et des chevillures, dont les longueurs quasi équivalentes, se situent entre 35 et 36,6 cm. Ses merrains mesurent respectivement 93,40 et 95,60 cm, et leurs circonférences varient entre 12 et 14 cm. Celles des meules atteignent 27,6 et 27 cm. Net, le trophée pèse 5,300 kg, pour une envergure de 64 cm. La cotation, qui a été effectuée par Bruno Michel et Pascal Briswalter, s’élève à 182,24 points.

 

J-M.T.