Qu’ils soient d’arrêt, broussailleurs ou courants, la chasse est un terrain à risques pour nos chiens. Raisons bien suffisantes pour ne pas les considérer comme de simples auxiliaires que l’on sort le dimanche matin, que l’on remise le dimanche soir, et que l’on ressort la semaine suivante. Compte tenu de ce qu’on leur demande, les chiens ont besoin de surveillance, et si un problème quelconque est détecté, de soins. Qui n’a pas vu, un dimanche matin, au moment où les chiens sont extraits de leur chenil roulant, un conducteur les épouiller, et retirer une multitude de tiques, accrochéesdepuis le dimanche précédent. Un examen attentif aurait permis, le soir même du retour ou le lendemain, d’éliminer ces dangereux parasites...

 

Par Christian Busseuil