Pour tenter de dévaloriser la chasse, que ne feraient-ils pas ! Des « scientifiques » des universités du Queensland et de Canterbury ont mesuré (comment ? nul ne le sait…), et déclaré que : « Les sangliers étaient responsables, dans le monde, de l’émission de 4,9 millions de tonnes de CO² par an, soit autant que 1,1 million de voitures… Dans de nombreux endroits du monde, les sangliers sont en augmentation dans des zones où ils ne sont pas indigènes, ce qui a des conséquences sur le climat… », proclament ces chercheurs, qui, pour arriver à de telles conclusions, ont dû brasser beaucoup d’air… La mesure des trous de balles apporte donc à la science des connaissances insoupçonnées, et gravissimes, puisqu’ils ajoutent : « Les sangliers sont susceptibles de déraciner une zone de 4 à 12 millions d’hectares, dans des régions où ils ne sont pas indigènes ». La guerre aux « javapigs » est donc déclarée par ces spécialistes de la faune sauvage qui précisent : « Ces porcs sauvages causent de graves problèmes environnementaux dans le monde, et il n’y a pas de consensus parmi les experts sur ce qu’il faut faire pour atténuer ou résoudre ce problème. Ces animaux, qui sont des hybrides de sangliers avec des porcs domestiques, ont détruit les récoltes du monde entier et ont même atteint Fukushima… ». Quand la lumière nucléaire éclaire des illuminés…