Ça coule de source aurait dit Lapalisse. Malheureusement, devant les erreurs monumentales des écolos-zozos contre les bassines, mais pour l’arasement de tous les ouvrages sur les cours d’eau, le précieux liquide vient à manquer. Pourtant, il s’en écoule des millions de mètres cubes pendant les périodes de pluie… Conscient de ce gaspillage, le ministre de l’Agriculture Marc Fesneau a donc fait cette déclaration « il faut pouvoir la stocker », en préambule à la révision de la loi sur l’eau qui date… « d’une époque où le dérèglement climatique n’était pas aussi important qu’aujourd’hui », c’est-à-dire 1992, ajoutant, en réponse à un agriculteur qui l’interrogeait sur les difficultés à créer des retenues « stocker l’eau qui tombe l’hiver pour pouvoir s’en servir en été quand il y en a moins est une évidence ».

Cela nous amène indirectement à « DUPLOS », en service depuis le 1er février, qui permet de réaliser, en ligne, la déclaration des forages domestiques de manière dématérialisée, par une télédéclaration. Le Cerfa n°13837*03 est automatiquement renseigné à l'issue du processus et directement envoyé en mairie et aux services de l'Etat compétents. Un forage domestique est assimilé à un usage de l’eau, comprenant tout prélèvement inférieur ou égal à 1 000 m3 d’eau par an, qu’il soit effectué par une personne physique ou une personne morale. Depuis le 1er janvier 2009, afin d’utiliser ou de réaliser un ouvrage de prélèvement d’eau souterraine (puits ou forage) à des fins d’usage domestique, il est obligatoire de déclarer cet ouvrage ou son projet en mairie. Cette déclaration vise à faire prendre conscience aux usagers domestiques de l’impact de ces ouvrages sur la qualité et la quantité des eaux des nappes phréatiques. Elle permet aux autorités de gestion de surveiller et prévenir d’éventuels problèmes liés à l’exploitation de ces ressources. La déclaration des forages domestiques au titre de l'article L. 2224-9 du code général des collectivités territoriales peut s’effectuer en mairie et, maintenant, en ligne.