Ils sont sur la brèche et vont tenter de canaliser la foule de ceux qui veulent observer les animaux dans leurs ébats intimes. Aujourd’hui, et malheureusement pour la quiétude nocturne, il ne suffit plus d’entendre, il faut voir. Jusqu’à la mi-octobre, les forêts vont porter au plus loin les raires, guides acoustiques pour venir au plus près. L’OFB rappelle donc que l'utilisation des phares de voiture ou d'un projecteur pour éclairer les animaux est strictement interdite par la loi, et que des missions de surveillance sont organisées sur l’ensemble du territoire métropolitain. S’il n’y a pas de dérangement durant cette période, la majorité de biches en âge de se reproduire sera fécondée. Pendant cette période de brame, il ne faut jamais oublier que les cerfs mâles perdent un peu de leur instinct de fuite vis-à-vis de l’homme, et ont tendance à prendre pour un concurrent tout ce qui bouge et fait du bruit. Il est donc fortement déconseillé de tenter d’approcher un cerf, au risque de se faire charger, s’il prend le curieux pour un rival. Tête haute et dressée, le cerf brame pour signaler sa présence. Ainsi, il dissuade et défie ses éventuels concurrents qui auraient l’outrecuidance de s’aventurer sur son territoire, et de trop s’approcher de son harpail. Réceptif aux odeurs, bruits et déplacements, le moindre dérangement peut perturber son comportement, voire la reproduction des animaux. Si plusieurs heures sont nécessaires pour que le cérémonial s'installe, il suffit d'une saute de vent pour le rompre.