Les premiers résultats d’analyses génétiques sur l’année 2022 ont été dévoilés, et ont permis d’identifier 35 individus différents (22 mâles et 13 femelles). Dans cette population, trois femelles et leurs oursons ont pu être identifiés génétiquement. Pour collecter les indices sur le terrain, un réseau d’observateurs de l’OFB collecte des poils et des laissées qui permettent la réalisation du profil ADN de chaque individu. Les résultats obtenus ont également permis d’identifier l’ours subadulte trouvé mort le 20 juin 2022, sur la commune de Melles (31). C’est une femelle identifiée « New20_12 », née en 2020 et issue des ours « Gaia » et « Boet ». En 2021, l’effectif minimum détecté était de 70 individus, un chiffre en hausse d’environ 10% par an, en moyenne, ce qui, expliquent les responsables du suivi « est bien pour une espèce qui était au bord de la disparition, avec seulement 5 individus en 1995 ». Mais ils ajoutent : « Cela n’est pas suffisant pour espérer conserver l’espèce. Le nombre d’ours reste faible, et engendre second problème, la baisse de la qualité de la diversité génétique… ».