L’oiseau toise environ 45 centimètres pour une envergure de 100 à 130 cm et un poids moyen pour les adultes pouvant aller de 750 g à un kilo. Bien que l’outarde canepetière ait fait l’objet d’une chasse intensive, c’est surtout la mécanisation agricole, les traitements chimiques et la disparition des petits couverts de plaine qui ont contribué à sa quasi-disparition du sol métropolitain. En Sud-Touraine, la zone Natura 2000 de la Champeigne tourangelle, qui s’étend sur plus de 14 500 ha entre les communes de Cigogné, Saint-Quentin-sur-Indrois, Tauxigny-Saint-Bauld, Dolus-le-Sec et Chédigny, classée « zone de protection spéciale » (ZPS). Grâce à un financement de l’État et de l’Europe, des mesures agro-environnementales et climatiques (Maec) ont été mises en place depuis plusieurs années et la culture de la luzerne, qui permet la nidification et assure une partie de l’alimentation de l’outarde canepetière, est encouragée. L’outarde bénéficie aussi de l’interdiction de fauche de certaines parcelles entre la mi-mai et la mi-août.